top of page

NEWS

EJECT Affiche projet 7.jpg

© Thaumatrope Film Association - Tiburce 2024 - tous droits réservés

𝐄𝐉𝐄𝐂𝐓 - 𝟐𝟒𝟖𝐞 𝐣𝐨𝐮𝐫 ...

"C'était hier ... le 4 juillet ... loin des américains bien que si EJECT était un film indépendant US cela ne serait pas si étonnant eu égard à la manière dont son sujet est transposé dans une fiction qui oscille entre drame et thriller tout en traitant, sous de multiples angles de ... oui mais voilà, de quoi traite-t-il exactement ? À découvrir en salle ? ... Plus que certainement ! Je disais donc, c'était hier, dans la 𝐒𝐚𝐥𝐥𝐞 𝐏𝐢𝐞𝐫𝐫𝐞 𝐄𝐭𝐚𝐢𝐱 du Cinéma Apollo, la plus grande salle qui permet de mieux apprécier qualité de l'image et du son ... comité restreint de 4 personnes toutes impliquées dans la production et/ou la réalisation du film pour cette projection technique. En effet, je ne souhaite pas montrer à l'équipe une version que je juge comme n'étant pas encore "définitive". Et nous y sommes presque ... quelques petits ajustements : une légère désynchro du son dans un dialogue, le niveau audio de quelques musiques à remonter d'environ 2dB, un son d'impact un peu faible, et un élément du générique de fin à déplacer ... que des choses mineures ... vous l'aurez compris, je suis globalement satisfait techniquement du film ... techniquement car, à titre personnel, je suis dans la phase où je ne sais plus quoi en penser ... je l'ai tellement approché de manière morcelée, connaissant les répliques et la progression dramatique par cœur, qu'il m'apparait comme une entité presque inexistante ... c'est assez terrible comme sensation ... il faudra bien du temps loin de ces images et de ces sons pour que je parvienne à voir ce film comme un film dont, malheureusement, je connais le dénouement ... Cependant connaitre le dénouement d'EJECT en permet une lecture différente lorsqu'on le voit une deuxième voire une troisième fois ... Mais le plus important hier était le retour des quatre personnes qui étaient là ... leur émotion palpable face à EJECT montre que le film ne se trompe ni dans sa structure narrative (pourtant atypique), ni dans son but ultime de faire ressentir au public le climat intime qui anime les trois personnages centraux de ce long métrage ... EJECT est un film aussi "sauvage" dans sa forme qu'il l'a été dans sa production, ce qui ne l'empêche pas de rivaliser, techniquement et esthétiquement, avec un cinéma commercial aux budgets plus que confortables ... comme je le dis toujours : "La pauvreté ne doit pas se voir sur l'écran." - ce tour de force là, au moins, a été réussi ... les autres appréciations appartiendront aux spectateurs et aux spectatrices en fonction de leur cinéphilie, leur culture, leur éducation ... leur vie et la place qu'ils y occupent ... ce qui fait revenir à mon esprit cette intervention de Godard à propos de son film Nouvelle Vague (1990) en conférence de presse quand un critique de cinéma se permet d'interpréter les intentions du réalisateur. Il répond : "ça c'est sur l'écran ... tout le reste est dans votre tête."" ...

Tiburce réflexion sur la préparation de la sortie du film EJECT ...

à propos de Tiburce

tiburce_web_04_edited.jpg
tiburce_web_09_edited.jpg
tiburce_web_06.jpg

Tiburce est un réalisateur indépendant qui manifeste un intérêt particulier pour le cinéma d’auteur. Autodidacte, il découvre l’histoire du cinéma puis la réalisation avec des auteurs aussi marquant pour lui que sont Robert Bresson, Jean-Luc Godard, et les grands maîtres du muet. 
En 1991 il réalise un documentaire-fiction intitulé “Elles ont rencontré Proust” dans lequel quatre jeunes femmes se soumettent au célèbre questionnaire de l'écrivain. En 1992 il tourne le moyen-métrage “Nos Amours Retardataires”,  puis dans les sept années qui suivent, quatre courts métrages expérimentaux dont “S’Aime Player Shoot Again” qui obtient le prix spécial du jury au Festival d’Estavar Llivia en 1999.
En 2007 il réalise “Une Femme Adultère”  inspiré d’une nouvelle d’Albert Camus, un court métrage qui raconte l’histoire d’une femme perdue dans ses interrogations maritales glissant vers un adultère. 2016 est l’année de la sortie de son premier long métrage “Juste Après Les Larmes” qui bénéficia d'une programmation de 14 jours au cinéma Le Saint-André des Arts à Paris.
En 2021, son nouveau long métrage (fable fantastiquotidienne) “De l’autre côté du mur” ("The Dark Side Of The Wall") sur l’usure du couple, la misère sexuelle, le fantasme, a reçu 20 prix internationaux dont celui du meilleur film indépendant au Hollywood Gold Awards, mais aussi celui du meilleur montage et du meilleur sound design à l'International Motion Picture Festival of India de Pondichéry.

En 2023, Tiburce a tourné son 3e long métrage "EJECT" actuellement en postproduction.
Fidèle à sa vision d’un cinéma indépendant inspiré par l’expérience de John Cassavetes, Tiburce a développé cet esprit “familial” avec ses collaborateurs, ses acteurs, et tous ceux qui voudront  intégrer ses futurs projets cinématographiques.
Auteur pluridisciplinaire, Tiburce écrit et réalise ses films, en assure le montage, l’étalonnage, le sound design et le mixage et, si nécessaire, en compose les musiques.

bottom of page